UNE CHAMBRE A ROME (au Théâtre Romain Rolland de Villejuif) de, par, avec Sarah Capony

et avec aussi Quentin Baillot, Erwan Daouphars, Marie Denarnaud, Pauline Moulène, Anthony Paliotti
BA et intégrale 2 caméras

Avec sa première création, Femme de chambre, Sarah Capony remporte les Prix du Jury et du Public du Théâtre 13 et le Prix de la Révélation féminine du Palmarès du théâtre. Dans ce second spectacle, elle questionne la place du rêve dans nos existences. À travers différentes variations de couples, elle fait valser des séquences de vies emmêlées, où tristesse et joie se côtoient. Ses personnages luttent contre la morosité du monde en colorant leurs vies.

Léonard, Jeanne et Samuel sont acteurs, ils jouent dans une comédie italienne gorgée de soleil et d’insouciance. Sur scène, ils sont invincibles et charmeurs. En loge, ils guettent, inquiets, les trop rares spectateurs. Véronika, la compagne de Léonard, accueille les chômeurs dans un improbable comptoir Pôle emploi. Chaque jour, elle se travestit en personnage de film et invite son mari à la rejoindre dans sa “comédie d’un jour”. Angèle est serveuse dans le bar en face du théâtre. En quête d’ailleurs, elle écoute Léonard, les yeux brillants.

La pièce de Sarah Capony est comme un film en couleur, libre et léger. Écrit par une actrice pour des acteurs, le texte est interprété avec une finesse et une sincérité rares. Un monde sensible se déploie sous nos yeux. Ici, l’échec est drôle et le désespoir joyeux. L’émotion nous emporte au plus profond des êtres.

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *